Le Programme d’Emile Roger Lombertie

lombertie_coinaudv2

De nombreuses promesses ont été faites aux Limougeauds au cours de cette campagne par la nouvelle majorité, nous veillerons au respect de la parole donnée : baisse des impôts locaux de 10% – consultation des citoyens – implantation d’un nouveau Parc d’exposition – création d’un Centre des congrèsrénovation du centre-ville (place de la République) ; des quartiers périphériques – modification du plan de circulation – création d’un campus universitaire – mise en place de vidéo-protectionrecrutement de policiers municipaux (portés à 140) – création d’une police des transports – Arrêté d’interdiction de racolage et de mendicitédépart de la maison d’arrêt – créer des pistes cyclables sécurisées – création de crèches, de home seniors – créer une nouvelle salle de basket de 9 000 placesdélocaliser le Musée d’Orsay

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

SAVOIR OUVRIR LA PORTE DES DÉCIDEURS POUR L’EMPLOI

  •  Prospection, découverte d’entreprises nationales et internationales susceptibles de s’installer sur Limoges en privilégiant celles concernées par les secteurs d’activité où Limoges est reconnu pour sa qualité et son expérience (Pôle domotique Legrand – Pôle de compétitivité – Elopsys – Pôle européen de la céramique – Pôle de l’eau – Pôles de recherches au CHRU).
  •  Développement des filières de transformation en agro-alimentaire.
  • Accroissement des activités liées à l’éco-construction (bois-laine-cuir).
  • Renforcement de la coopération avec les chambres consulaires par la création d’une cité consulaire. Ce type d’actions peut être facilité par les allègements fiscaux dont bénéficie Limoges dans le cadre des Zones de Reconstruction de la Défense (ZRD).

CONTRIBUER AU DÉSENCLAVEMENT DE LIMOGES

  •  Soutien à la création de la ligne LGV Limoges-Poitiers, facilitant une ouverture sur l’Europe, promesse non tenue depuis des décennies.
  • Restauration et amélioration de la ligne historique Limoges-Paris.
  • Ouverture de l’axe Est-Ouest (maintien de la ligne Bordeaux – Limoges – Lyon).
  • Développement du trafic aérien.
  • Amélioration du réseau routier (Limoges – Poitiers ; Limoges – Périgueux).

BAISSER LES IMPÔTS LOCAUX

  • Réduire les impôts locaux, en priorité la taxe d’habitation, avec un objectif de 10% de baisse sur la durée du mandat (temps estimé nécessaire pour que les mesures de développement économique permettent à la Ville de réduire les impôts locaux).
  • Trois axes majeurs doivent être retenus pour ce faire : mettre en place de nouvelles orientations budgétaires, engager la participation des citoyens et réduire les dépenses.

CONSULTER LES CITOYENS

  • Mettre en place des référendums locaux pour le vote participatif de grands projets d’investissement et de transformation de la Ville.
  • Délocaliser les Conseils Municipaux, diffusés en direct dans un souci de transparence, dans les différents quartiers de la Ville en les ouvrant aux habitants.

FACILITER L’OUVERTURE DE COMMERCES

  • Permettre la réouverture, le maintien et la transmission des commerces dans les rues commerçantes de Limoges en utilisant le droit de préemption de la Mairie pour reprendre le pas de porte afin de réhabiliter les commerces et de les louer, dans des quartiers ciblés (zone commerciale protégée définie par un arrêté municipal).

DÉVELOPPER NOTRE ÉCONOMIE GRÂCE A NOTRE CAPACITÉ EN OUTILS DE SANTE

Un brillant économiste faisait remarquer qu’avec sa Capacité en outils de santé, la France pourrait soigner une partie de la population Européenne, permettant une redistribution des richesses des pays du Nord vers notre pays. Imaginez que des Européens : Anglais, Allemands, Hollandais, Danois qui attendent des mois des soins programmés puissent les recevoir à Limoges pour un coût équivalent à celui pratiqué dans leur pays, ce qui est le cas. Vous pouvez ainsi faire fonctionner les blocs opératoires, voire en développer, embaucher des médecins et des infirmier(e)s, rentabiliser vos installations (IRM, Doppler…) et vous doter des dernières technologies grâce à l’argent venu d’Europe. En recevant les patients et leurs familles vous maintenez l’activité de l’aéroport, vous fournissez des nuits d’hôtel et des tables de restaurant. Vous permettez aux commerces de la ville d’avoir des clients supplémentaires.

ORGANISER UNE SEMAINE POUR LA JEUNESSE

  • En partenariat avec l’Université de Limoges et le tissu associatif, mettre en place un nouvel événement marquant de la vie locale en organisant de façon annuelle une semaine entièrement consacrée à la Jeunesse et à l’emploi.
  • Promouvoir des rencontres entre les acteurs économiques, sociaux, politiques et les jeunes, par le biais d’entretiens, de réunions, de débats… dans le but de trouver des stages et de faciliter le recrutement par les entreprises.
  • Aller à la rencontre de la Jeunesse doit être un symbole fort de confiance réciproque.

INTÉGRER UN CENTRE DES CONGRES

  • Limoges doit posséder son Centre des Congrès. Conventions, conférences, salons, expositions, séminaires, concours,… seraient autant de manifestations de nature à bonifier l’image de la Ville, à accroître son développement économique. Basé au cœur du quartier Marceau (anciens bâtiments de l’armée), proche de la gare SNCF, le Centre des Congrès serait également un élément attractif et d’équilibre pour le quartier Carnot.
  • L’investissement pour la réalisation d’un tel projet s’appuie grandement sur le retour économique et financier ainsi généré par ce nouvel outil de production.

AMÉLIORER L’ACCUEIL DES TOURISTES

  • Réorganiser l’information et l’accueil des touristes sur Limoges y compris les dimanches et jours fériés.
  • Créer un itinéraire touristique (plans jalonnés par supports en porcelaine) facilitant la visite de tous les lieux attractifs de la Ville : monuments, musées, éléments du patrimoine,…
  • Installer des bornes «wifi» dans les lieux publics.

TRANSFORMER LE PALAIS DES EXPOSITIONS

  • Implanter sur le site actuel un nouveau Palais des Expositions, moderne, attractif, pour une meilleure image à l’entrée de la Ville.
  • Développer des expositions et manifestations (cirque, hippisme, salons d’animaux, salon de l’agriculture,…) de toute nature et y créer un vaste parking périphérique, végétalisé avec une coulée verte vers l’Aurence, et desservi par les transports en commun, pouvant complémentariser celui du Zénith. Une rentabilité économique sur investissement se doit d’en découler.
  • Ouvrir l’entrée sur la Ville au quartier de La Bastide, en éliminant la barre d’immeuble située Allée Seurat ; y créer un lieu de vie passant avec un centre commercial visible et moderne, de nature à solutionner les problèmes récurrents de sécurité.

RÉHABILITER LES HALLES CENTRALES ET LES HALLES DUPUYTREN-CARNOT

  • Moderniser l’équipement et redistribuer les implantations dans un souci d’amélioration des conditions d’accueil et de travail (chauffage, hygiène, lisibilité,…).
  • Favoriser les circuits d’approvisionnement courts et locaux.

VIVRE DEMAIN DANS UN ESPACE REPENSÉ ET SÉCURISÉ

CRÉER UN CŒUR DE VILLE PIÉTONNIER, RÉNOVÉ ET EMBELLI

  • Redonner au centre-ville, en améliorant sa propreté et en interdisant la mendicité, sa vocation de lieu de rassemblement privilégié des Limougeauds. Rendre l’hyper-centre aux piétons dans une zone délimitée par un périphérique intérieur, des accès demeurant conservés pour les commerçants, les livraisons et les riverains par des systèmes «pass» et des bornes amovibles.
  • Renouveler et embellir le mobilier urbain, cohérent avec l’histoire et la spécificité de Limoges, en accordant une place de choix à la céramique et à la nature.
  • Envisager une «déminéralisation» au profit d’espaces végétalisés et arborés avec comme point d’orgue un grand espace vert sur la place de la République, avec une mise en valeur de la crypte St Martial.

METTRE EN PLACE UNE NOUVELLE POLITIQUE DE CIRCULATION VERS ET DANS LE CŒUR DE VILLE

  • Créer des couloirs réservés (trolleys, navettes électriques,…) et faire naître des places de stationnements supplémentaires en épis.
  • Accompagner le boulevard giratoire d’une révision du plan de circulation des entrées de Limoges vers l’hyper-centre de la ville. L’arrivée sur les «portes» d’entrée (places Haute-Vienne, d’Aine, Carmes et Dussoubs – suppression sens interdit rue François Chénieux – carrefour Tourny…) facilitera une meilleure accessibilité touristique et commerciale.
  • Donner le jour à des moyens alternatifs de déplacement en phase avec des attentes de développement durable: multiplier les places de stationnement avec bornes pour véhicules électriques, créer de véritables voies de circulation pour les cycles, en complétant par la création d’offres de vélos (électriques ou non) ou de voitures électriques en libre service.

POURSUIVRE UN ENJEU ENVIRONNEMENTAL ET COMMERCIAL AVEC DES TRANSPORTS EN COMMUN ACCESSIBLES ET COHÉRENTS

  • Maintenir la gratuité des transports en commun pour les personnes âgées et les demandeurs d’emploi, tout en veillant à élargir les plages horaires.
  • Conserver des liens entre les différentes communes de l’agglomération et Limoges; un nouveau plan de circulation des transports en commun sera élaboré, en complément du plan général de circulation. Une répartition plus rationnelle des lignes qui entrent dans Limoges «intra-muros», en conservant des lignes «thermiques» uniquement pour les communes de l’agglomération, devra être mise en place avec l’utilisation de parcs relais «trolley-voiture».
  • Créer un lien entre les zones marchandes périphériques (Family Village – Cora – ZI Nord – Romanet) et le centre-ville, par des lignes transversales et périphériques desservant les facultés et les services socioculturels.
  • Rendre l’ensemble des bus, à l’horizon 2020, intégralement accessibles à toutes et tous (personnes à mobilité réduite, poussettes, …).

RÉNOVER LES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES : UNE PRIORITÉ

  • Transformer les ZUS (zones urbaines sensibles) en lieux de vie ouverts et agréables, en éliminant les grandes barres d’immeubles ou en les remplaçant par de petites structures de nature à développer la mixité sociale et les échanges commerciaux de proximité, tout en changeant la mauvaise image donnée aux entrées (Nord, Ouest,…) de la Ville.
  • Repositionner les services publics dans les quartiers (pôle emploi, annexes mairie,…).
  • Soutenir les initiatives des créateurs d’entreprises (jeunes ou moins jeunes, en favorisant la définition d’une «ZUS zone franche » facilitant la mise à disposition de locaux.

CRÉER UN ÉCO-QUARTIER/PÔLE CULTUREL EN UN LIEU HISTORIQUE ET EMBLÉMATIQUE

  • Développer un nouvel «éco-quartier» sur les bords de Vienne, à partir de l’existant; permettant de garder la spécificité du quartier «des Ponts», tout en augmentant les logements modernes, économes et respectueux de l’environnement (coulée verte). Situé à l’entrée sud de la ville, ce quartier pourrait devenir la vitrine «développement durable» de Limoges.
  • Donner naissance à la «Maison des Ponticauds»; véritable centre culturel et de loisirs, formé d’un ensemble d’espaces de productions artistiques (céramique, arts du feu, peinture, sculpture, théâtre,…) accueillant gratuitement des artistes de tous horizons et d’accès libre au public.

FAIRE DE LIMOGES UNE VILLE UNIVERSITAIRE MODERNE

  • Renforcer l’attractivité du pôle universitaire régional de Limoges.
  • Moderniser les conditions d’accueil des étudiants ; les structures actuelles datent des années 60 et 70 et ne répondent plus aux attentes.
  • Être le moteur de création d’un véritable Campus Universitaire en concertation avec les administrations concernées.

UNE POLITIQUE DE SÉCURITÉ PRÉVENTIVE ET MODERNE

  • Mettre en place la vidéo-protection, dans des lieux ciblésen liaison avec la Police Nationale, mobile et réactive,en temps réel. Ce système permet de porter aide et assistance aux victimes trop souvent oubliées et devient un outil de prévention inestimable.
  • Renforcer la présence policière sur le terrain 24h sur 24h, en développant les missions et les effectifs de la Police Municipale (portés en un premier temps à 80, puis sur la durée de la mandature à 140 en conformité avec la moyenne nationale pour une ville comme Limoges après étude de l’évolution de la délinquance) en panachage avec les services de la Police Nationale.

SÉCURISER LES TRANSPORTS EN COMMUN

  • Créer une police intercommunale des transports pour la sécurité des utilisateurs mais aussi des employés ; composée de policiers municipaux, d’agents de surveillance et d’agents de médiation, issus des quartiers. Les villes ayant mis en place ce service ont vu la délinquance et les incivilités dans les transports nettement régresser.

VIVRE SEREINEMENT DANS SA VILLE

  • Améliorer la sécurité des espaces publics en recréant des postes de «gardiens de parc», améliorer la sécurité des parkings publics au travers de la vidéo-protection et passer des conventions avec les parkings privés afin qu’ils s’engagent à en assurer la surveillance.
  • Assurer une présence sécuritaire aux abords des établissements scolaires et des commerces, durant des périodes et des horaires ciblés, en créant des postes d’Assistants Temporaires de Police Municipale (ATPM) pouvant être issus du corps des agents municipaux des autres services de la ville.

LUTTER CONTRE LA PROSTITUTION SUR LA VOIE PUBLIQUE

  • Lutter contre les nuisances des excès de la prostitution au centre-ville. Le voisinage, la jeunesse, l’image de notre Ville sont, de manière préjudiciable, atteints par ce phénomène. Pour cela, le nouveau Maire devra prendre des arrêtés d’interdiction de racolage, actif et passif, sur la voie publique. Ce socle juridique permettra également aux services de la Police Nationale d’intervenir dans un cadre juridique menacé à ce jour par un projet de réforme tendant à la disparition du délit de racolage passif.
  • Départ de la Maison d’Arrêt du centre-ville.
  • Mettre tout en œuvre pour créer une nouvelle structure pénitentiaire en un lieu approprié sur l’agglomération. La zone actuelle d’implantation de la Maison d’Arrêt de Limoges est totalement inappropriée. Vétuste, inadaptée, elle ne respecte pas la dignité des détenus mais également celle des femmes et des hommes y travaillant, ainsi qu’un voisinage excédé.

UN OUTIL DE COMMUNICATION MODERNE POUR LA SÉCURITÉ DE TOUS

  • Créer une application «Smartphone-Limoges-Sécurité» et en doter les services de la Police Municipale et les Limougeauds. Un simple clic permettrait ainsi à tout citoyen de donner l’alerte, grâce à la géo-localisation, rendant alors possible des interventions rapides. Ce type d’application différencie : agression physique, danger immédiat de violences, alertes de commerçants, actes d’incivilités,..

LUTTER CONTRE L’INSÉCURITÉ ROUTIÈRE SUR LA VILLE

  •  Revoir les signalisations urbaines et les harmoniser tout en les développant,
  • Améliorer les voies de circulation trop étroites,
  • Repenser la circulation sur le seul réseau autoroutier utilisé en réalité comme un périphérique,
  • Repenser les carrefours dangereux,
  • Revoir l’ensemble des pistes cyclables ne respectant pas les règles élémentaires de sécurité au détriment du Code de la Route.

 L’ACCUEIL SOCIAL, LE SPORT ET LA CULTURE POUR TOUS

ÉCONOMISER L’ÉNERGIE

  •  Implanter une centrale biomasse sur les quartiers nord de Limoges. Programmer une réhabilitation thermique des bâtiments municipaux énergivores (certaines écoles, salles de réunions,cantine du personnel,…).
  • Créer un «point rénovation service» ayant pour mission d’informer sur les économies d’énergie.
  • Améliorer l’offre de transport éco-responsable, en privilégiant les trolleybus et l’acquisition de petits véhicules électriques et par la mise en place de véritables pistes cyclables.

DÉVELOPPER LES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLE EN PRÉSERVANT LA BIODIVERSITÉ

  • Accentuer la dématérialisation des documents administratifs.
  • Privilégier les circuits courts de produits frais issus de l’agriculture raisonnée dans les cantines scolaires et celle du personnel de la ville (intégrer cette exigence dans les marchés publics).
  • Limiter l’extension de surfaces commerciales en zone périurbaine et privilégier le commerce de proximité.

VALORISER LES BIO-DECHETS

La législation issue du grenelle de l’environnement (Grenelle II) impose le tri à la source des bio-déchets à partir d’une production de 20 T en 2015 et 10 T en 2016. On peut estimer que 10% des plateaux repas préparés en établissements de santé ne sont pas consommés. Les 1ers indicateurs montrent une collecte d’environ 130 à 150g de bio-déchets par plateau repas servi. Afin d’éviter aux producteurs de bio-déchets (hôpitaux, cliniques, EHPAD, mais aussi écoles, crèches, restaurants d’entreprises avec extension par la suite à la restauration traditionnelle et aux particuliers) il faut mettre en place une collecte spécifique et créer une unité de traitement de ces bio-déchets afin de les transformer en compost pour un retour vers le monde agricole, et les jardins des particuliers. À titre d’exemple pour une clinique de 200 lits servant environ 500 repas/jour avec le self personnel on arrive à : 500 x 140 g = 70 000 g par jour soit 490 kg par semaine et donc plus de 25 tonnes par an (hors plateaux repas non consommés). Le gisement est considérable (plusieurs milliers de tonnes sur Limoges) et on retrouve les 3 piliers du Développement durable qui guideront toutes nos décisions :

  • Environnemental : diminution des déchets, retraitement, valorisation, engrais naturels…
  • Économique : le bio-déchet qui est une taxe devient une ressource pour les producteurs, économie pour le monde agricole en engrais…
  • Social : création d’emplois

DES ACCUEILS PETITE ENFANCE PLUS NOMBREUX ET MIEUX ADAPTES

  • Couvrir intégralement la ville avec des crèches plus nombreuses et mieux adaptées aux contraintes des usagers.
  • Augmenter le nombre des «haltes garderies» notamment en centre-ville et au sein des zones commerciales.
  • Développer le périscolaire en invitant les centres de loisirs dans l’école, avec des équipes d’animation formées, tout en amplifiant l’aide aux devoirs et le développement du civisme, pour le bien-être des enfants et de leurs parents.

CRÉER DES «HOME SENIORS»

  • Privilégier la création de résidences non médicalisées pouvant accueillir nos aînés non dépendants.
  • Permettre la conservation d’un lien véritable avec la communauté en leur faisant bénéficier à la fois de services de proximité avec des professionnels de santé, mais aussi de commerces et de dessertes de transports en commun.

UNE MEILLEURE PRISE EN CHARGE DES PERSONNES SANS ABRI

  • Créer une veille sociale (effective 7 jours sur 7, 24 heures sur 24).
  •  Proposer un hébergement convenable en privilégiant les solutions alternatives au «tout hôtel» au coût trop élevé.
  •  Prévoir un accueil et un suivi en matière sanitaire et sociale et recréer des bains douches municipaux.

LA CULTURE, dimension majeure de l’attractivité d’une capitale régionale et de son développement économique.

  • Faire des «francophonies» un outil de promotion nationale et internationale.
  • Justifier la naissance d’un site d’exposition central du FRAC (Fonds Régional d’Arts Contemporains) grâce à la richesse de sa collection et la forte réputation limousine des arts plastiques et de la création contemporaine.
  • Mettre en valeur le patrimoine industriel, artistique et historique des XIXème et XXème siècles de la ville.
  • Améliorer le rayonnement de «Lire à Limoges» ainsi que la notoriété de la Bibliothèque Francophone Multimédias.
  • Promouvoir les ostensions septennales comme une manifestation populaire et culturelle de reconnaissance européenne.
  • Relancer les rencontres biennales et mondiales autour de l’émail et des artistes contemporains.

Envisager un grand projet culturel pour Limoges : une délocalisation du Musée d’Orsay sur Limoges.

  • Envisager, à l’image du Musée du Louvre avec la ville de Lens, une délocalisation du Musée National d’Orsay vers Limoges.
  • Créer à Limoges, avec les autres collectivités locales, un établissement public de coopération culturelle liée au Musée d’Orsay par une convention scientifique et culturelle.
  • Mettre en avant le fait que le Musée d’Orsay possède la plus grande collection  d’œuvres impressionnistes au monde, thème culturel cher aux limousins au travers de la naissance de Renoir à Limoges, de l’École de Crozant représentative de l’impressionnisme ou encore des séjours répétés du peintre Corot sur les bords de Glane,…
  • Générer ainsi un afflux touristique de grande ampleur, bénéficiant à notre tissu économique, en accueillant des expositions semi-permanentes de l’ensemble du Musée d’Orsay, renouvelées régulièrement (pour mémoire, la ville de Lens – 36000 habitants – a accueilli 140000 visiteurs lors du premier mois d’ouverture de son Musée).

LE SPORT, LIEN INTERGÉNÉRATIONNEL

  • Favoriser l’accessibilité à tous et entretenir l’existant (exemple : la piscine de Beaublanc).
  • Promouvoir le bénévolat en apportant un soutien plus fort aux clubs, au travers d’aides accordées selon des règles précises, équitables et en toute transparence.
  • Créer pour les jeunes une véritable piste de skateboard sécurisée, répondant aux normes et aux désirs exprimés par les pratiquants.

PROPOSER LA CANDIDATURE DE LIMOGES POUR LA CRÉATION D’UN CENTRE NATIONAL DU BASKET

Offrir un outil moderne et performant répondant aux besoins de l’ensemble des acteurs du basket français : joueurs, dirigeants, cadres, arbitres, éducateurs… en créant un grand complexe, sur le site de Landouge, avec une nouvelle salle de basket de jauge européenne (+/- 9000 places) permettant d’accueillir de grandes manifestations sportives tout en poussant le club fleuron Limougeaud et en libérant la salle de Beaublanc pour le basket féminin, le handball, le tennis, …

Définir ce Centre National du Basket comme :

  • Un pôle permanent d’entraînement et de formation de l’équipe de France.
  • Un pôle de formation pour les jeunes.
  • Une installation de la Direction Technique Nationale, dotée de structures de pointe dans les domaines de la recherche, de la vidéo, de l’informatique, de l’évaluation.
  • Un lieu d’accueil de tous les stages de préparation et de récupération des équipes nationales féminines et masculines.
  • Un lieu d’accueil de la majorité des stages de formation nationale des cadres, des joueurs, des arbitres et des dirigeants en liaison avec les ministères concernés.
  • Un lien privilégié et complémentaire avec l’Université (STAPS) et le Centre de Droit et d’Économie du Sport.

(Source Aimons Limoges)